CPO, Centre pluriculturel et social d'Ouchy CPO, Centre pluriculturel et social d'Ouchy
CPO 3

Retour à l’Expéditeur

Création

Théâtre Familial Acheter / Réserver
0h55 sans entracte
  • 15CHF AI, Chômeur, étudiant, professionnel
  • 8CHF Réductions diverses
Dès 7 ans
  • Prochainement
  • mer 29 janvier, 15h00
  • sam 1 février, 14h00
  • sam 1 février, 17h00
  • dim 2 février, 16h00 (Relax)

Il n’y a pas si longtemps, c’est-à-dire au 20ème siècle, on avait le temps et on consacrait une partie de ce temps à coucher ses pensées sur papier. On prenait soin de trouver les bons mots, de les déposer dans des journaux intimes, des carnets, des cartes postales, dans des lettres. On faisait attention à ce que l’écriture soit belle et à ce que le chemin jusqu’au destinataire soit direct. Parce qu’une lettre, ça reste dans la tête ou dans un tiroir, qu’elle parle d’amitié, de peur, d’espoir, d’aventure, de partage ou de deuil.

« Retour à l’Expéditeur » propose une excursion magique et curieuse dans le monde épistolaire : lettre d’amour, de rupture, lettre ouverte ou célèbre, lettre de renvoi, lettre trouvée (et la plus triste de toutes, lettre perdue), celle jamais envoyée, celle qui nous fut retournée, celle que l’on a toujours rêvé écrire. Lettre au Père Noël, aux disparus, à Dieu ou au monde.  « Retour à l’Expéditeur » fabrique un pont de papier entre les générations pour explorer avec humour et poésie ce royaume de l’écrit.

 

Représentation Relax : Di 2 février

Bord de scène le mercredi et le samedi à 17h, à l’issue des représentations.

  • Conception et mise en scène

    Katy Hernan et Barbara Schlittler

  • Jeu

    Mathias Glayre, Katy Hernan, Diane Müller, Barbara Schlittler

  • Ecriture

    Adrien Rupp en collaboration avec les interprètes

  • Scénographie et costumes

    Sarah André et Yvonne Harder

  • Son

    Pierre-Alexandre Lampert

  • Lumières et régie générale

    Théo Serez

  • Co-production

    Kajibi Express, Oriental-Vevey, CPO

  • Avec le soutien de

    Ville de Lausanne, Loterie Romande et Pour-cent culturel Migros

  • Crédit photo

    Rebecca Cosne